Le défribillateur, utile à la réanimation en cas d’arrêt cardiaque

Il suffit d’une seconde pour qu’une personne passe de vie à trépas. Mais si vous maîtrisez les techniques de secourisme, il est possible d’épargner de la mort plus d’un. Ce n’est pas toujours aussi simple, car lorsque le cœur est en état de fibrillation (ou encore incapable d’assumer la fonction de pompe sanguine), la seule solution c’est le défibrillateur. Si après avoir réanimé le patient comme vous pouvez il ne respire toujours pas, on croirait à un arrêt cardiaque dont seul le défibrillateur peut opérer un diagnostic. Ces appareils sont de plus en sophistiqués pour faciliter leur utilisation, comme vous pouvez voir sur le site defibrillateur.co, le défibrillateur de qualité et de fabrication française qui facilite son usage au maximum. Avec cet appareil, il y  a plus de chance de sauver les patients, et vous pourrez savoir avec certitude si jamais malgré l’arrêt respiratoire, si le cœur bat encore ou non.

défibrillateur

Comment l’utiliser?

Les défibrillateurs ont un principe d’utilisation pas très complexe. En effet, face à votre patient qui ne réagit plus, il faut continuer la réanimation cardio-pulmonaire jusqu’à ce qu’un défibrillateur vous parvienne. Vous pouvez ensuite suivre les instructions: ôter chemise et tout ce qui encombre le torse, placer les électrodes comme indiqué sur l’appareil et laisser l’analyse du rythme cardiaque se faire sans que personne n’entre plus en contact avec le corps de la victime. Un défibrillateur automatique déclenchera le choc électrique automatiquement si nécessaire, mais appuyez le bouton si jamais le vôtre le recommande. Vous saurez ensuite s’il faut alterner avec des compressions et des insufflations. Dans tous les cas, les instructions vous seront donnés sur le défibrillateur et poursuivez la réanimation tant que l’appareil le demande. Et si jamais le cœur reprend même dans un état d’inconscience de la victime, laissez les électrodes en place et mettez la en position latérale de sécurité tout simplement.

Emilia

Revenir en haut de page